Ma première université d’été : l’odeur de la rose retrouvée

Par Morgan RASLES

Sympathisant depuis de nombreuses années, adhérent depuis peu, le passage par l’université d’été me semblait être formateur ainsi qu’une bonne entrée en matière pour devenir un militant outillé et éclairé. C’est donc avec exaltation, angoisse, inquiétude et détermination que j’ai appréhendé ma première université d’été. Tel l’enfant, l’adolescent, le jeune adulte que j’ai pu être à chacune de mes rentrées scolaires. « les professeurs seront-ils sympa, intéressant, me ferai-je de nouveaux camarades,etc.. ». Oui, je l’affirme, l’élève qui fut en moi est ressurgit. Le mot élève ne renvoie pas toujours à l’impertinence comme on veut parfois nous le faire croire. Il est plutôt associé aux notions d’apprentissage, de discipline, de posture et de responsabilité.
A la question y ai-je trouvé ce que j’en attendais. Réponse: Oui et bien plus !
Des animateurs d’ateliers motivant, des militants intéressants, pertinents, des élus passionnés et passionnants, des camarades accueillants ,chaleureux et un premier secrétaire du parti rassurant et fédérateur.
Dans le contexte que nous avons connu autour de la tenue de cette université d’été, un passage par La Rochelle est ressourçant, rafraîchissant, nourrissant et motivant. Une bouffée d’air dans cette ambiance déprimovore alimentés par les médias.
Quel fut donc mon premier sentiment au retour de ce week-end ?
En une phrase: pour moi l’odeur retrouvée de la rose!
Une odeur agréable et apaisante. Cette rose, c’est mon grand-père qui me l’a faite découvrir par son combat, son militantisme et les fêtes de la rose où il m’emmenait. J’avoue, comme beaucoup de citoyens, pendant des années cette rose s’est fanée dans mon cœur et mes pensées. Rose maltraitée par l’analyse médiatique et la propagande des réseaux sociaux. Alors, sans perdre toutefois espoir, j’ai regardé, observé, passif, ma rose se faner. Et puis, l’oxygène, produite massivement à La Rochelle par 5 000 militants, a, dans un contexte difficile, revigoré ma rose, cette rose. Saint-Exupéry dans « le petit prince » fait de la rose le symbole de l’esprit qui rend les choses uniques. L’ esprit est l’aboutissement de nos choix, de nos efforts, de l’amitié, de l’amour. Milles roses dans un jardin ressemblent à celle que le petit prince a laissé sur sa planète, mais celle.ci pour lui est unique parce qu’il l’a arrosée, parce qu’il l’a protégée, parce qu’il l’a apprivoisée. « Tu deviens responsable pour toujours de ce que tu as apprivoisé ». L’esprit crée des liens. L’union de la diversité fait la force, c’est ce que j’ai retenu de cette université d’été. Cette rose a pris la forme d’un bouquet de multiples couleurs. C’est le symbole de cette richesse, de cette diversité rencontrées à la rochelle cette année qui va être la force de ces états généraux.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s