Ecoles: la stratégie incomprise


 

Le 05 février 2015, la majorité municipale de Paimpol a adopté le principe d’un Regroupement Pédagogique Communal qui « s’organise dans un premier temps sur 3 sites » et qui « a vocation à être organisé sur un seul site, à terme, en fonction de l’évolution des effectifs et de la disponibilité des crédits budgétaires pour sa réalisation.»

Fermer les écoles les unes après les autres est une mesure éducative et pédagogique innovante. Mais les parents d’élèves, ces « zadistes- rigolos » (dixit M. le Maire), ne l’ont pas compris et ont préféré inscrire leurs enfants dans une école qui, elle, ne fermera pas dans un ou deux ans. Quel scandale !

Paimpol est confrontée à une baisse démographique ; c’est une fatalité, semblent penser J-Y. de Chaisemartin et sa majorité. Pourquoi dépenser son énergie et des moyens pour défendre l’école publique alors que ses effectifs ont été divisés par deux en 6 ans ? Pourquoi s’échiner à ralentir cette baisse vertigineuse ? Quant à la filière bilingue français/breton, « certains ont voulu la saboter » mais M. le maire affirme qu’elle est « pérennisée ». En effet, sur les 65 élèves, il en reste… deux : nous voilà rassurés sur son avenir !

Ainsi, après la fermeture du service pédiatrique qu’il n’a pas daigné défendre, M. le Maire s’emploie méthodiquement à casser les écoles de notre ville. Pourquoi en effet voudrait-on retenir ou faire venir des jeunes couples avec des enfants à Paimpol ? Non, ce qui est porteur, et M. le Maire s’y applique avec soin, c’est miser sur le mirage de la spéculation immobilière. Mais si les logements de Malabry ne sont pas occupés, ce sera la faute de ceux qui ne les occupent pas ! En fait, Monsieur de Chaisemartin est un incompris, et c’est là son drame. Malheureusement, c’est aussi celui de Paimpol.

La section PS du canton de Paimpol

la section soutient les parents d’eleves de plouezec


COMMUNIQUE

La section socialiste du canton de
Paimpol tient à exprimer tout son soutien aux parents
d’élèves de l’école de Plouezec.
Leurs enfants ont les mêmes droits que leurs camarades
paimpolais : bénéficier de conditions favorables à
un apprentissage de qualité.
Les élèves , en aucun cas, ne doivent faire les frais de
décisions politiques.
Tous les enfants du canton, quels que soient les décisions
politiques des mairies et les choix pédagogiques des
parents doivent être accompagnés de façon
équitable de la part de l’inspection d’académie .

La section PS du canton de Paimpol

Amateurs et fabricants de mauvaises nouvelles cherchent voix… désespérément – See more at: http://www.richardferrand.fr/2015/08/amateurs-et-fabricants-de-mauvaises-nouvelles-cherchent-voix-desesperement/#sthash.KgOu9oHc.dpuf


Sur la seule déclaration de l’ancien Ministre Cuvillier, ardent défenseur de la défunte « écotaxe », qui souhaitait la ressusciter dans sa région ; voilà que MM. Le Fur et Troadec, tous deux en campagne régionale depuis des mois se frottaient bruyamment les mains, prêts à remettre le bonnet rouge… et le bazar.

Chacun fit son communiqué tonitruant pour cibler le Gouvernement et, très directement, Jean-Yves Le Drian, qui obtint pourtant la suppression de cette écotaxe. Piteuse agitation qui trouva son épilogue dans la déclaration du Premier Ministre, rappelant que l’écotaxe n’est plus un sujet.

Cet épisode est révélateur des choix de campagne des deux démagogues susnommés : essayer de prospérer en créant des divisions et des oppositions entre territoires régionaux (Nord contre Sud, Ouest contre Est, intérieur contre littoral, villes contre campagne), jouer sur les difficultés des uns et des autres (par exemple en ne proposant rien aux agriculteurs mais en faisant tout pour attiser leur colère) ou encore médiatiser de potentielles « mauvaises nouvelles », réelles ou inventées pour faire peur et se poser en « grands et ultimes défenseurs » de la Bretagne.

Ces méthodes sont avilissantes pour ceux qui les pratiquent comme pour ceux qui les subissent. Il y a une forme de cynisme à vouloir à ce point séduire par la tromperie et la ruse, en pariant sur la souffrance et l’angoisse, en les renforçant au besoin, pour espérer en retirer les fruits électoraux.

Comme en témoignent les prises de position ci-dessous, la majorité régionale a toujours combattu l’écotaxe en Bretagne et les parlementaires socialistes ont obtenu sa fin.

Mais au-delà de ces péripéties médiatiques, l’enjeu est d’abord de rassembler toutes les forces bretonnes, de promouvoir tous les atouts de la Bretagne, enfin de respecter les bretonnes et les bretons, non en noircissant la réalité mais en dessinant une espérance collective.

C’est le sens du travail que conduit aujourd’hui la majorité régionale sous l’autorité de Pierrick Massiot ; c’est le sens du travail de conviction que mèneront les candidat(e)s socialistes et apparenté(e)s, le moment venu, pour obtenir la confiance des citoyen(ne)s.

Retrouver la réaction de Pierrick Massiot, Président du Conseil régional de Bretagne, en cliquant ici.
Retrouver la réaction des têtes de liste socialistes aux élections régionales en Bretagne en cliquant ici.

– See more at: http://www.richardferrand.fr/2015/08/amateurs-et-fabricants-de-mauvaises-nouvelles-cherchent-voix-desesperement/#sthash.KgOu9oHc.dpuf

Le conseil Départemental demain : Savoir faire et agir au quotidien avant tout


 

Notre territoire n’a pas besoin de blabla pour savoir si l’on doit donner à l’intercommunalité des projets qui nous arrangent, et à la Région des compétences que l’on ne connait pas. Notre canton a des besoins sérieux et des dossiers urgents.

C’est pourquoi nous assurerons ici, dès avril 2015 et comme nous l’avons fait ailleurs (ligne Plouaret/ Lannion) le co-financement des travaux de rénovation de la ligne ferroviaire Paimpol-Guingamp.

Par la réactualisation du schéma départementale de l’action sociale et médico-sociale et sa mise en œuvre, nous garantirons pour les 5 ans qui viennent  le soutien et la solidarité vers celles et ceux qui en ont besoin. A titre d’exemple, avec l’augmentation continue de la durée moyenne de vie et le souhait de plus en plus exprimé et légitime du maintien à domicile,nous agirons afin d’adapter les réponses à ces enjeux. C’est un travail à poursuivre avec les structures d’aides à domicile. Ces mêmes structures devront être incitées à s’organiser en vue d’améliorer les services aux usagers et les conditions de travail des salariés.

Nous accompagnerons pour 2 millions d’euros les projets structurants portés par les communes au sein de CCPG dans le cadre des nouveaux contrats départementaux de territoires, (logement, équipements éducatifs, sportifs, touristiques, culturels,…). Ces contrats sont un véritable levier d’activités pour nos entreprises, nos artisans.

Nous mènerons aussi à terme la procédure en cours pour permettre la mise en 2×2 voies de la RD7 et sa sécurisation avec la réalisation de la voie de desserte. Inscrite au budget depuis 2014 cette opération doit ouvrir la voie à l’amélioration de l’accès à notre canton depuis Saint-brieuc, c’est un des enjeux du mandat futur. Il sert en effet les intérêts économiques dont ceux d’une agriculture d’exportation, mais aussi ceux de la pêche, de l’artisanat et du commerce. Cette opération s’inscrira bien sûr en complément des actions de sécurisation des autres voies départementales. Ce ne sont là que quelques uns de nos engagements pour notre canton.

Ces compétences, sont celles du conseil général. Elles seront celles demain du conseil Départemental à l’issue de la réforme en cours. Et c’est pour cette raison que notre priorité est de bâtir et mettre en œuvre un projet responsable et durable.  Un projet, auxquelles les habitants seront associés par des rendez-vous citoyens, chaque semestre, ici comme dans toutes les côtes d’armor.

 

Eric Bothorel (Maurice Goarin) – Martine Le Morvan (Anne Deltheil), majorité départementale « Solides et Solidaires »

Facebook :solidesetsolidairescantonpaimpol2015, courriel : departementalespaimpol2015@gmail.com , Permanence : 3, Place de Bretagne 22500 Paimpol

le cumul des mandats


 

Le canton de Paimpol a besoin de représentants  concentrés, engagés et capables de porter des projets qui combinent l’écoute de terrain, la créativité et le raisonnable budgétaire. Les qualités attendues de ces élus sont donc la disponibilité, le sens du dialogue et de l’intérêt général, un engagement sincère.

Se présenter comme candidat au Conseil départemental, c’est s’assurer de pouvoir consacrer du temps à des dossiers souvent complexes qui concernent directement la vie des gens. Des dossiers retardés, ce sont  des problèmes humains délaissés. Je n’imagine pas un élu dont la responsabilité se perdrait dans plusieurs mandats. Cumuler trois mandats comme le prétend le candidat UMP-UDI c’est d’emblée minimiser la lourdeur de la tâche. Le cumul n’est pas source d’efficacité et encore moins de démocratie

Se présenter comme candidat,  c’est aussi avoir montré sa capacité d’écoute et de respect à l’égard des électeurs. C’est savoir se concerter avec les élus et les citoyens du territoire pour élaborer des projets d’intérêt général pour le canton. Dans ce domaine on ne peut pas dire que le candidat UDI- UMP ait fait ses preuves …il a au contraire souvent montré du mépris et de l’intransigeance.

Se présenter comme candidat,  c’est enfin croire à l’utilité du mandat pour lequel on se présente et non pas l’aborder à reculons avec une certaine désinvolture. Souhaiter le démantèlement du conseil général et avoir annoncé dans la presse que le pire métier à lui infliger serait celui de Conseiller général montre combien le vote pour le  candidat UDI-UMP serait un risque pour le  canton.

Contre les candidats du cumul, de l’incertitude, du mépris, je choisis sans hésitation ceux de la disponibilité, de la solidité et  de la solidarité. Le 22 mars, je voterai Eric Bothorel, Martine Le Morvan, Anne Deltheil et Maurice Goarin.

 

Claudie Locquet, Plourivo